Je suis « La Porte des brebis ».

mardi 9 mai 2017
par  P. Jean-Claude Lazuech

Tout à l’heure, nous avons franchi, un peu machinalement peut-être, la porte de cette église pour participer à la messe.

Jésus dans l’évangile, nous dit aujourd’hui qu’il est « la Porte des brebis ».

Cela signifie qu’il est le « passage obligé » pour entrer en communion avec Dieu le Père. La seule porte possible pour entrer dans la grande bergerie du Ciel !
C’est une porte « étroite », dans le sens où l’on n’y passe que un par un.

Pour vivre en « disciples missionnaires », selon les mots de notre bien aimé pape François, il est indispensable d’apprendre à reconnaitre la voix du Seigneur notre berger.
Chacun est appelé par Lui personnellement, comme Simon Pierre au bord du lac, ou mieux encore, comme Marie Madeleine qui reconnaît le Ressuscité à sa voix.

Avec le Seigneur, chacun est aimé pour lui-même, pour ce qu’il est.

Pour beaucoup de nos contemporains, cette image du troupeau et du berger revêt une connotation franchement négative.
Dans une société où les individus pensent pouvoir conduire leur vie à leur guise, sans les autres, il n’est pas question de vouloir s’encombrer d’un tel Berger.
Dieu est perçu comme une entrave à la sacro sainte liberté individuelle.

Dans ce contexte, les paroles de Jésus seraient-t-elles irrémédiablement dépassées, obsolètes ?

Je ne le crois pas. Pour Dieu, le Peuple des baptisés, n’est, ni un collectif impersonnel, ni un régiment où tout le monde marcherait au pas.
Elle est une réalité voulue et animée par Lui.
Elle est une communauté d’hommes et de femmes prenant chaque jour conscience que leur vie ne peut vraiment se déployer qu’en se recevant de Lui seul.

Pour celui qui a embrassé la foi chrétienne, Dieu n’est pas un obstacle à sa liberté, mais plutôt sa garantie.
L’Eglise ne vit que de la grâce d’attirance du Christ.

Si la Personne Vivante du Christ ne nous attire plus, si nous n’aimons pas l’Eglise avec ses ombres et ses lumières, c’est alors le signe que notre foi est malade.
Voilà la racine profonde de ce que l’on appelle : la crise des vocations.
Derrière cette crise, se cache un mal bien plus insidieux : la perte du sens de Dieu.
Il ne peut y avoir éclosions de vocations que dans des communautés ferventes, joyeuses et amoureuses de leur Seigneur.

Comment un jeune peut-il se poser sérieusement la question d’une vocation spécifique au sacerdoce ou à la vie religieuse, s’il ne voit jamais ses parents ou ses proches : prier, participer aux célébrations du dimanche ?
Le christianisme ne peut être réduit en une sorte de folklore religieux sans réelle implication pour notre vie.

Mes amis, les martyrs chrétiens ne donnent pas leur vie pour une idée abstraite, mais pour Quelqu’un : le Christ, qu’ils ont appris à connaître et à aimer.
Nous percevons toute l’importance du témoignage pour expérimenter la joie de Lui appartenir et de rayonner.
D’où le rôle irremplaçable de la Famille comme premier lieu d’évangélisation.
D’où la place majeure d’une pastorale des jeunes clairement identifiée.

Les 1ers apôtres ont été envoyés, non pas seulement pour communiquer de simples valeurs humaines, mais pour communiquer une « Présence », celle du Seigneur.
Jésus ayant achevé sa vie terrestre, ne pouvait pas demeurer visiblement avec nous.
C’est pourquoi, il continue son Incarnation et sa Présence par la communauté Eglise, dont St Paul nous dit qu’elle est le « Corps du Christ ».

Mais le groupe Eglise doit être préservé de l’anarchie ou de l’arbitraire de certains. D’où la mission de communion et de gouvernement confiée aux apôtres et de leurs successeurs : les évêques et les prêtres.
Cela passe par un effacement d’eux même, une consécration de tout leur être, pour le service exclusif du Christ et de la communauté.
C’est le sens du célibat consacré, qui loin d’être une mutilation, peut devenir un ferment au service d’une vraie fécondité apostolique.

Mes amis, cette journée de prière pour les vocations nous rappelle que la « mission apostolique » doit continuer.
Si les apôtres venaient à disparaître, il n’y aurait plus d’Eglise.
Les prêtres sont donc irremplaçables. C’est une terrible supercherie diabolique de vouloir faire croire que nous allons vers une Eglise sans prêtres.
Certes, dans un avenir immédiat, ils seront hélas chez nous trop peu nombreux.
Mais il y a là une aventure prodigieuse à proposer à nos jeunes.

Conclusion.

Des communautés chrétiennes médiocres et étriquées, dans leur manière de vivre leur foi au Christ, sont toujours mortifères pour l’éclosion des vocations.
Servir un tel maître, ne peut se satisfaire de solutions de demi-mesure.
C’est le grand défit qu’a cherché à relever notre synode qui va se conclure par la grande fête diocésaine du 4 juin à Rodez   : « Festi 12  ».

Au cours de cette fête, notre évêque nous dévoilera les grandes orientations de l’Eglise diocésaine pour les années à venir.
Il nous propose de participer au « Renouveau de la vie chrétienne » en Aveyron. Chrétiens du millavois nous en seront. Amen.


Homélie du 4ème dimanche de Pâques

Evangile selon saint Jean 10,1-10.

P. Jean-Claude LAZUECH.

le 7 mai 2017


Quelques repères

Intentions de prière du pape François pour Juillet 2017

JPEG - 12.7 ko
La vidéo du Pape

Pour nos frères et sœurs qui se sont éloignés de la foi

« Afin qu’ils redécouvrent, par notre prière et notre témoignage évangélique, la présence du Seigneur riche en miséricorde et la beauté de la vie chrétienne. »


Paroisse Jean XXIII
des grands causses

Presbytère St Martin
15 Place Emma Calvé
12100 MILLAU
Tél. : 05 65 60 04 44
Mel. : paroisse.millau@wanadoo.fr
Plan

Permanences :
L’accueil est assuré
du lundi au vendredi
de 10h à 12h et de 15h30 à 18h30,
le samedi de 10h à 12h.
Permanences : été 2017

Horaire des messes : hiver

A partir de Toussaint
Samedi
St François 17h30
Creissels 18h00
2° samedi
du mois
Dimanche
Clarisses 9h00
St Georges 10h30
4° dimanche
du mois
St François 10h30
Mardi - Mercredi - Jeudi - Vendredi
St Martin 18h00
Messes et célébrations sur les sites de l’Hôpital
Pour plus de détails, voir le dernier
agenda paroissial

Horaire des messes : été

Samedi
Notre-Dame 18h
Creissels 18h30
2° samedi
du mois
Dimanche
Clarisses 9h
St Georges 10h30
4° dimanche
du mois
Sacré-Cœur 10h30
Mardi Mercredi Jeudi Vendredi :
St Martin 18h00
Messes et célébrations sur les sites de l’Hôpital
Pour plus de détails, voir le dernier
Agenda paroissial

Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur