Lois de bioéthique

L’extension de l’AMP aux couples de femmes et aux femmes seules crée un « changement de logique »
vendredi 15 novembre 2019
par  Alain Desmarest

En permettant à toutes les femmes de recourir à l’aide médicale à la procréation (AMP ou PMA), le projet de loi introduit de profonds changements au plans juridique, sociétal, et anthropologique. Il institue un « changement de logique » dont on ne mesure pas encore toutes les conséquences. L’exercice même de la médecine s’en trouve modifié. Par ailleurs, on ne peut ignorer de possibles dérives qui remettraient en cause notre conception même de la personne humaine.

PNG - 48.7 ko 1. « Un changement de logique » : le projet de loi introduit, pour la première fois dans le droit français, une dissociation radicale entre les fondements biologiques et juridiques de la filiation. Il prévoit même une double filiation maternelle.
Comment soutenir alors que les « enfants naissent libres et égaux en dignité et en droits » si, au regard des techniques d’AMP, les uns bénéficient d’un père et d’autres pas ?

2. Le droit des enfants bafoué et leur équilibre psychique contrarié : priver un enfant d’un père est une violence ! Le rôle du père, en interaction et coopération avec celui de la mère, est essentiel dans la construction de la personnalité de l’enfant et de son rapport à la société. L’enfant peut-il grandir et se structurer psychiquement sans être confronté à l’altérité qui l’aide à sortir d’une relation fusionnelle avec sa mère ?

3. Le rôle de la médecine : la banalisation des techniques d’aide à la procréation modifie les attentes envers la médecine et assigne à celle-ci un nouveau rôle qui n’est plus uniquement de guérir des pathologies mais de répondre à des désirs étrangers à toute considération médicale.

4. Les risques de dérives :
Comment éviter que le dépistage génétique anténatal ne débouche sur l’exclusion de toute forme de handicap, au nom des libertés individuelles ?

Peut-on assurer que le principe de gratuité, lié aux dons issus du corps humain, sera toujours respecté ? Le don de gamètes pourrait s’avérer être insuffisant et donner lieu à une « marchandisation ».

Certains couples pourraient recourir à l’AMP avec donneurs (double don de gamètes) pour que leur futur enfant ait les caractéristiques convoitées. Un « projet parental » fondé sur l’espoir d’un enfant « conforme à des attentes génétiques », ouvrirait la porte à l’eugénisme, ce qui serait inadmissible et insupportable.

D’après le document publié par la Conférence des Évêques de France :
Quel monde voulons-nous ?


Quelques repères

Préparation au mariage 2020

Pour les couples envisageant de
célébrer le sacrement de mariage,
les inscriptions doivent se faire
à la paroisse
du 1er octobre et au 1er février,
dernier délai.
Passée cette date,
la paroisse ne peut s’engager à
prendre en charge la préparation
et la célébration de votre mariage.

Intentions de prière du pape François pour décembre 2019

L’avenir des enfants, une priorité :

« Pour que chaque pays prenne les moyens nécessaires pour faire de l’avenir des enfants une priorité, particulièrement ceux qui sont en souffrance. »


Paroisse Jean XXIII
des grands causses

Presbytère St Martin
15 Place Emma Calvé
12100 MILLAU
Tél. : 05 65 60 04 44
Mel. : paroisse-millau@wanadoo.fr
Plan

Permanences :
L’accueil est assuré
du lundi au samedi de 10 h à 12 h et
du lundi au jeudi de 16 h à 18 h,

pas de permanence les après-midi
du vendredi et du samedi,
ainsi que dimanches et jours fériés.


Horaire des messes : hiver

A partir de Toussaint
Samedi
St François 17h30
Creissels 17h30
2° samedi
du mois
St Georges 17h30
4° samedi
du mois
Dimanche
Clarisses 9h00
St François 10h30
En semaine :
St Martin
Mardi Mercredi
Jeudi Vendredi :
18 h
Clarisses
lundi Mercredi
Jeudi Vendredi :
8 h 30
Mardi : 18 h
Horaires des permanences et messes en semaine
Pour plus de détails, voir le dernier
agenda paroissial

Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur