Mgr Fonlupt présente ses vœux

Vendredi 20 janvier
dimanche 26 janvier 2020

Le Temps de Noël et des fêtes est maintenant derrière nous. Il vient répondre à un besoin de nous retrouver en famille, auprès de proches ou d’amis, de puiser dans la force des liens avec certains. C’est d’eux que nous recevons ce qui nous permet de vivre et de nous tenir debout chaque jour.
Ce besoin se manifeste aussi dans toutes nos relations. Tous, nous avons besoin de rencontres gratuites, de liens, de convivialité. Besoin d’aller les uns vers les autres pour nous apporter mutuellement. Nous ne sommes pas faits pour vivre seuls, isolés… A l’inverse, les tensions ou les conflits sont toujours difficiles, en opposition avec cette aspiration à des relations pacifiées et apaisées.

Sans cesse, il importe que nous apprenions à recevoir les uns des autres, à accueillir ce que l’autre peut nous apporter, en sachant nous en émerveiller. Il y a là comme le terreau d’un vivre ensemble de qualité qui peut permettre d’étouffer bien des velléités de domination et de violence toujours possibles.

Croyants, nous avons accueilli la source de ce qui nous lie dans un Enfant qui rassemble, qui relie, qui apaise et ouvre un avenir, et que nous accueillons comme visage de notre Dieu au milieu de nous.

Depuis, la vie est repartie…. Et bien rapidement nous avons retrouvé les complexités de notre vie ensemble.

Le projet de révision des lois de bioéthique est actuellement en discussion au Sénat, avant de revenir à l’Assemblée Nationale. L’Église, de nombreuses fois, de bien des manières, et par la voix des évêques, a rappelé clairement son inquiétude et ses questions. Le Conseil permanent des évêques de France, dans le prolongement de sa rencontre de début janvier, a publié une nouvelle déclaration (lire en pages … et … de la présente édition). Il est clair que je fais mienne cette déclaration.

Nous sommes aussi traversés par le débat sur la réforme des retraites. Sans entrer dans la complexité technique du dossier, on peut s’interroger sur la force et la durée du conflit qui en découle et malmène beaucoup de nos concitoyens. Cela vient questionner notre capacité à prendre la mesure des évolutions à vivre, à consentir à des changements, voire à des sacrifices. A chercher dans un vrai dialogue des propositions qui fassent émerger du nouveau.

Pour la vie de notre Église, le printemps 2019 a été particulièrement rude. Les questions surgies autour de la pédocriminalité et la manière de vivre l’autorité sont profondes et demandent d’être regardées. Celle du cléricalisme mise en exergue par le pape François dans une lettre d’août 2018 a suscité réflexions et initiatives.

Cela nous invite à reconnaître les manques, fragilités, erreurs ou fautes dans la vie de notre Église et dans la charge des pasteurs. Cela appelle des changements dans notre manière de faire Église, de vivre l’autorité, de reconnaitre la place et la responsabilité de chacun. Cela nous invite à poursuivre un véritable engagement dans la lutte contre les abus sexuels ou les abus d’autorité.

Bien des personnes, catholiques ou non, perdent confiance dans l’Église et ceux qui la dirigent. Il nous faut œuvrer à retrouver cette confiance, non pas pour nous-mêmes ou pour la sauvegarde d’une institution, mais pour être ce que nous avons à être : sacrement, signe de l’amour et de la proximité de Dieu à tout homme.

Dans la vie de notre Église diocésaine, nous continuons à laisser se déployer les fruits du synode.

  • Autour du service du frère et de la place des plus pauvres parmi nous, ce que nous appelons la Diaconie de l’Église. Nous avons été nombreux à la manifester dans des rencontres et des temps festifs autour de Noël.
  • Le cri des pauvres rejoint le cri de la terre. La question de l’écologie intégrale vient d’engager les évêques dans un travail de longue haleine qui implique également chacune de nos Églises.
  • Nous continuons à nous laisser interpeller sur notre manière de vivre la Fraternité, entre prêtres, entre nous, en proximité, dans bien des lieux de notre vie ecclésiale.
  • Pour la vie de l’Église en rural, le rassemblement Terre d’espérance accueillant des délégués de chaque diocèse du 23 au 26 avril à Châteauneuf de Galaure voudrait permettre de partager la grande variété des initiatives prises par l’Église pour qu’elle continue à être présente sur des territoires fragilisés.

Au cœur de la vie des hommes, nous avons à être signes de la promesse que Dieu nous fait d’un salut offert à tous. C’est à la mesure de son accueil que nous saurons en témoigner. Après le temps de Noël, nous sommes désormais dans l’ordinaire des jours où nous avons à reconnaître et déceler la présence de Celui qui se fait compagnon de nos routes.

Que cette année 2020 soit bonne pour chacun. Qu’il nous soit donné de nous tenir auprès de nos frères, humbles témoins de l’Espérance qui nous habite.

François Fonlupt,
évêque de Rodez


Quelques repères

Intentions de prière du pape François pour fevrier 2020

Entendre le cri des migrants :

« Prions pour que le cri de tant de migrants victimes de trafics criminels soit entendu et pris en compte : ils sont nos frères et sœurs en humanité. »


Paroisse Jean XXIII
des grands causses

Presbytère St Martin
15 Place Emma Calvé
12100 MILLAU
Tél. : 05 65 60 04 44
Mel. : paroisse-millau@wanadoo.fr
Plan

Permanences :
L’accueil est assuré
du lundi au samedi de 10 h à 12 h et
du lundi au jeudi de 16 h à 18 h,

pas de permanence les après-midi
du vendredi et du samedi,
ainsi que dimanches et jours fériés.


Horaire des messes : hiver

A partir de Toussaint
Samedi
St François 17h30
Creissels 17h30
2° samedi
du mois
St Georges 17h30
4° samedi
du mois
Dimanche
Clarisses 9h00
St François 10h30
En semaine :
St Martin
Mardi Mercredi
Jeudi Vendredi :
18 h
Clarisses
lundi Mercredi
Jeudi Vendredi :
8 h 30
Mardi : 18 h
Horaires des permanences et messes en semaine
Pour plus de détails, voir le dernier
agenda paroissial

Sites favoris


3 sites référencés dans ce secteur