« Faites tout ce qu’il vous dira. »

mardi 19 janvier 2016
par  Yannick Levauffre

Dimanche dernier, nous avons vu Jésus s’immerger dans notre humanité pour la conduire à Dieu. Aujourd’hui, le manque de vin à Cana évoque d’autres manques bien plus graves. Tout cela, Marie le voit et elle le dit à son fils Jésus : Ils n’ont plus d’amour. Ils n’ont plus de joie. Ils n’ont plus de paix. Tous ces gens malheureux victimes de la haine, de la violence et de l’indifférence, cela n’est plus possible. Chaque jour, les médias nous décrivent des situations douloureuses : victimes du terrorisme, SDF qui meurent de froid, migrants par millions, malades que personne ne visite, conflits à l’intérieur des familles. Marie voit tout cela et elle continue à nous dire : « Faites tout ce qu’il vous dira. » Et ce que Jésus nous dit, que nous avons à faire, nous le trouvons dans les évangiles. Nous sommes invités à nous en imprégner et à nous laisser transformer par eux.

JPEG« Ils n’ont pas de vin ». Voici un bien triste constat. L’humanité voudrait fêter les mariés, mais elle n’y arrive pas, elle n’est plus capable de compassion, de miséricorde, d’amour. Il n’y a plus de goût, de saveur dans nos journées et dans nos relations. Lorsqu’en nous l’élan vital est mort. Lorsque nos sentiments s’émoussent. Lorsque nous n’éprouvons plus ni compassion ni stupeur devant les tragédies de centaines de milliers de personnes exilés de leurs terres natales. Lorsque nous ne manifestons plus que froideur ou parfois même cynisme devant le sort de l’autre. Alors nous ne pouvons que constater tristement : « il n’y a plus de vin ». Nous le savons bien, plus nous avons l’impression de manquer et plus alors, nous continuons à accumuler. Persuadés que tout partage quel qu’il soit nous conduira à la misère, nous cherchons à vaincre la concurrence des autres. Pour nous prémunir de cette misère fantasmée, nous nous enfermons dans nos maisons, dans nos pays, dans notre Union européenne, derrière des murs de plus en plus infranchissables, et tant pis si les victimes de nos barrières remplissent la Méditerranée. Ce faisant, nous avons beau être pleins de tout, nous nous sentons continuellement vides. Peut-être riches extérieurement, mais nous sommes à coup sûr pauvres intérieurement. À quoi bon remplir nos jarres d’hectolitres d’eau si celle-ci ne reste que de l’eau. Le vin, lui, donne du goût à notre vie et rend joyeuse notre fête. En réalité, nous avons besoin de quelque chose de radicalement autre, de passer à un autre plan, à une autre dimension que la seule dimension matérielle.

En cette 102ième Journée mondiale du migrant et du réfugié,

JPEG - 69.6 ko
Tweet du pape François (15 janv)

alors que Dieu nous a créés capables de vivre la vie en plénitude ; vivons-la. Nous devons seulement y croire, lui faire confiance, oser boire aux sources profondes de notre cœur. Le miracle est déjà à l’œuvre en chacun de nous ; puisons et servons. Le signe de Cana nous rappelle la manière dont une vie vide, finie, éteinte peut retrouver élan, vitalité, devenir « vin nouveau ». Accepter positivement la rencontre de l’autre nous aide à changer, à nous transformer, à nous tenir en marche sur le chemin de la vie. Cana nous invite à aller en profondeur, à ne pas nous contenter des stéréotypes et des raccourcis qui brouillent notre connaissance de l’autre, du migrant ou du réfugié notamment. Cana nous invite aussi à passer de l’eau au vin, d’une vie sans goût à une existence passionnée et passionnante d’amour et de miséricorde. L’appel du pape FRANÇOIS lors de sa visite à Lampedusa continue de résonner à nos oreilles : « “Où est ton frère ?”, la voix de son sang crie vers moi, dit Dieu. Ce n’est pas une question adressée aux autres, c’est une question adressée à moi, à toi, à chacun de nous. Ceux-ci parmi nos frères et sœurs cherchaient à sortir de situations difficiles pour trouver un peu de sérénité et de paix ; ils cherchaient une vie meilleure pour eux et pour leurs familles, mais ils ont trouvé la mort. Combien de fois ceux qui cherchent cela ne trouvent pas compréhension, ne trouvent pas accueil, ne trouvent pas solidarité ! Et leurs voix montent jusqu’à Dieu ! »

En ce dimanche, prenons le temps d’entendre l’appel de Marie qui nous est sans cesse renouvelé. Elle intercède pour nous et pour l’humanité tout entière. Toutes ces souffrances qui accablent tant d’hommes, de femmes et d’enfants, elle nous invite à les voir. Avec elle, nous apprenons à nous en remettre à Celui qui est venu épouser notre humanité et la féconder de sa vie divine. La bonne nouvelle de ce dimanche c’est que le Christ a le pouvoir de tout changer en nous. Il désire que nous retrouvions la joie et que nous soyons dans le monde les témoins de cette espérance qui nous anime. Toutefois, si Cana est le récit du mariage réussi de l’humanité avec le sens de son existence. Le récit de Caïn, auquel le Pape François faisait référence, parle lui, d’un mariage raté. Insensible à tout appel de fraternité, Caïn tue Abel, se privant ainsi de toute possibilité de changer lui-même. Cela arrive souvent à de nombreuses personnes qui, au lieu de trouver dans la rencontre avec l’autre le goût de vivre, se laissent mourir en tuant leurs propres ressources de compassion et de miséricorde.

Demandons à notre Dieu de tendresse et d’amour, qui renouvelles sans cesse son alliance avec nous, qu’il « change notre tristesse en joie, la grisaille quotidienne en jour de fête. Que nos mots ordinaires, habités par l’Esprit, deviennent chants de louange et nous le glorifierons en Jésus le Christ pour les siècles des siècles. » Amen.


Homélie donnée en l’église Saint-François
le 2éme dimanche du temps ordinaire : 17 janvier 2016


Quelques repères

Intentions de prière du pape François pour Septembre 2017

Les paroisses au service de la mission :

Prions pour nos paroisses afin qu’animées d’un esprit missionnaire, elles soient des lieux de communication de la foi et de témoignage de la charité.


Paroisse Jean XXIII
des grands causses

Presbytère St Martin
15 Place Emma Calvé
12100 MILLAU
Tél. : 05 65 60 04 44
Mel. : paroisse.millau@wanadoo.fr
Plan

Permanences :
L’accueil est assuré
du lundi au vendredi
de 10h à 12h et de 15h30 à 18h30,
le samedi de 10h à 12h.
Permanences : été 2017

Horaire des messes : hiver

A partir de Toussaint
Samedi
St François 17h30
Creissels 18h00
2° samedi
du mois
Dimanche
Clarisses 9h00
St Georges 10h30
4° dimanche
du mois
St François 10h30
Mardi - Mercredi - Jeudi - Vendredi
St Martin 18h00
Messes et célébrations sur les sites de l’Hôpital
Pour plus de détails, voir le dernier
agenda paroissial

Horaire des messes : été

Samedi
Notre-Dame 18h
Creissels 18h30
2° samedi
du mois
Dimanche
Clarisses 9h
St Georges 10h30
4° dimanche
du mois
Sacré-Cœur 10h30
Mardi Mercredi Jeudi Vendredi :
St Martin 18h00
Messes et célébrations sur les sites de l’Hôpital
Pour plus de détails, voir le dernier
Agenda paroissial

Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur