Jésus est vraiment notre Roi

mercredi 23 novembre 2016
par  P. Jean-Claude Lazuech

- Il y a 70 ans, au sortir de la 2ème guerre mondiale, Mgr Rodhain et une équipe de bénévoles, lançaient le Secours catholique.
La précarité était alors immense.
Elle l’est tout autant aujourd’hui ; même si elle s’exprime de manière différente.
Cette journée coïncide avec la clôture de l’Année Sainte de la Miséricorde à Rome. Heureuse coïncidence…

Nous venons de réentendre les paroles de Jésus au bon larron : « aujourd’hui avec moi, tu seras dans le paradis ».
L’immense miséricorde de Dieu rejoint et sauve, ceux qui étaient perdus.
Les pauvres ne s’y trompent pas ; ils se mettent spontanément au côté de Jésus en croix, alors que son cœur transpercé par la lance, va s’ouvrir.
La fermeture de la Porte Sainte de la Basilique St Pierre par le pape François ne signifie pas la fermeture du robinet de la Miséricorde.
Bien au contraire, elle est une invitation à accueillir l’extraordinaire tendresse de Dieu pour chacun d’entre nous.
Osons, nous reposer sur le Cœur ouvert de Jésus. C’est la grâce extraordinaire qui nous a été offerte cette année.
- L’évangile de ce jour affirme que Jésus est Roi. Mais comment est-il notre roi ?
Il ne l’est pas à la manière des rois de la terre, des puissants de ce monde.
Il est Roi en mettant le service du frère au sommet de ses préoccupations. Il l’explique en lavant les pieds des disciples.
Il ne désespère de personne y compris du plus grand des pécheurs.
Drôle de Roi qui prend la Croix pour trône.
- Aujourd’hui, pour la plupart des baptisés, la royauté de Jésus ne concernerait que la vie privée.
Deux tentations opposées guettent les catholiques.

  • Certains voudraient annexer Jésus à une politique en la sacralisant à l’excès.
  • D’autres pensent qu’il faut se tenir loin de tout engagement, en laissant aux professionnels de la politique : la vilaine, la sale politique…

Ce n’est pas la vision du pape François. Il nous invite à vivre de l’esprit des Béatitudes.
Les béatitudes sont la charte du Royaume de Jésus : « Heureux ceux qui ont un cœur de pauvre. »
Peut-être, pensez-vous que certains politiciens riraient bien s’ils m’entendaient.
Pourtant ces mêmes politiques sont aujourd’hui dans une terrible impasse.
Ils ont voulu nous persuader que l’on pouvait faire vivre ensemble, beaucoup d’hommes d’une manière juste et heureuse ; mais sans changer leurs cœurs.

  • La fragilisation de la vie familiale,
  • l’instabilité affective,
  • le véritable naufrage éducatif auquel nous assistons,
  • l’extrême tension des rapports sociaux, montrent hélas combien la société occidentale n’a rien gagné à vivre comme si Dieu n’existait pas, et en lui substituant « Mamon » l’idole des financiers.

Jésus est vraiment notre Roi, lorsque nous mettons Dieu notre Créateur et Seigneur, puis l’Homme sa créature, au centre de la vie personnelle et sociale.
Pas seulement en régnant sur les cœurs en général ; mais régnant sur des cœurs changés, transformés.
Il est urgent que nous prenions conscience de l’importance des réalités collectives, et donc de la politique, pour le bonheur de tous, surtout des pauvres et des sans défense.
C’est la raison pour laquelle les responsables de l’Eglise (le pape et les évêques) sont, non seulement dans leur droit, mais dans leur mission, lorsqu’ils rappellent [1] aux catholiques un certain nombre de principes intangibles :

  • comme le courage et
  • l’importance de la parole donnée,
  • le primat de l’homme sur la marchandise et le tout financier,
  • la valeur sacrée de la vie et du mariage.

Mes amis la foi chrétienne ne fournit pas de régime politique idéal clef en main.
Elle porte un regard critique sur toutes les idéologies et les utopies politiques.
L’Évangile révèle une extraordinaire force sociale.
Question. Connaissons-nous l’enseignement social de l’Eglise ?
C’est un outil extraordinaire pour nous aider à vivre en société. Je vous invite à la découvrir en suivant le parcours Zachée. Amen.


Homélie prononcée le dimanche 20 novembre 2016
en l’église du Saint-François


[1voir la déclaration des évêques de France : "2017 année électorale"


Quelques repères

Intentions de prière du pape François pour décembre 2018

Au service de la transmission de la foi :

« Pour que les personnes engagées au service de l’intelligence de la foi trouvent un langage pour aujourd’hui, dans le dialogue avec les cultures. »


Paroisse Jean XXIII
des grands causses

Presbytère St Martin
15 Place Emma Calvé
12100 MILLAU
Tél. : 05 65 60 04 44
Mel. : paroisse.millau@wanadoo.fr
Plan

Permanences :
L’accueil est assuré
Tous les jours
de 10h à 12h ,
sauf dimanche et jours fériés

Horaire des messes : hiver

A partir de Toussaint
Samedi
St François 17h30
Creissels 17h30
2° samedi
du mois
St Georges 17h30
4° samedi
du mois
Dimanche
Clarisses 9h00
St François 10h30
En semaine :
St Martin
Mardi Mercredi
Jeudi Vendredi :
18 h
Clarisses
lundi Mercredi
Jeudi Vendredi :
8 h 30
Mardi : 18 h
Horaires des permanences et messes en semaine
Pour plus de détails, voir le dernier
agenda paroissial

Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur