Passeurs d’Eternité

samedi 25 février 2017
par  Jacques Terrier

Le frère Jacques AMBEC, dominicain au couvent de Toulouse, originaire de Millau, sera dans nos murs les 4 et 5 mars et prononcera l’homélie aux messes. Il vient de publier un nouveau livre aux éditions Pierre TEQUI : Passeurs d’Eternité, face à la maladie et à l’approche de franchir l’autre rive. Il le dédicacera à l’issue des messes du samedi et du dimanche à Saint François.

Merci à l’auteur d’avoir répondu à quelques questions.

Pourquoi ce nouveau livre ?

Cet ouvrage constitue une trilogie avec le témoignage : « Jacques, le combat de la Vie » et le second ouvrage : « Evangile de la compassion » qui nous présente une manière de vivre et nous permet d’approcher la maladie et d’apporter quelques réponses concrètes et pratiques pour accompagner les personnes malades. La compassion reste une réponse devant la souffrance pour aider les personnes à retrouver leur dignité par la considération qu’on leur procure, par une présence douce et attentive afin de les entourer le plus possible. Il ne faut pas isoler les personnes malades et les laisser dans la solitude, c’est la pire des maladies.Passeur d'éternité {JPEG}

Ce livre contient de nombreux témoignages qui viennent donner plus de valeur au texte et c’est aussi pour célébrer le vingtième anniversaire de notre association (Sida, Espérance, Lumière et Foi) qu’il est publié. Je fais le rêve qu’un jour proche cette maladie infectieuse sera vaincue et notre association pourra disparaître, mais en attendant ce virus est toujours là et il tue encore !

A qui s’adresse-t-il ? 

Ce livre veut rendre hommage à tous ces acteurs qui, devant la maladie, face à la souffrance, à l’angoisse du passage de la mort restent des passeurs d’espérance et d’éternité : médecins, urgentistes, infirmières, personnels de nos hôpitaux, cliniques, maisons de retraite ou de soins spécialisés, tous les bénévoles de nombreuses associations ou institutions de toutes obédiences et j’en cite quelques unes : la pastorale de la santé de nos diocèses, Lourdes-Cancer-Espérance, Chrétiens et Sida, les Petits Frères des Pauvres, les membres de nos diverses hospitalités... J’en oublie sûrement, mais chacun, nous pouvons témoigner notre compassion auprès des personnes malades, handicapées ou âgées de notre famille ou de notre entourage que nous connaissons et particulièrement ceux qui sont seules et isolées. Deux attitudes demeurent fondamentales pour nous chrétiens : la protection de la vie et le respect de la liberté offerte à chacun pour assurer ce service de présence dans l’accompagnement avec patience et fidélité.

Quel contenu et quel enseignement cet ouvrage délivre-t-il ?

Je dirais un enseignement autant humain que spirituel pour rester proche des personnes malades qui souhaitent un accompagnement et ainsi répondre à leurs divers besoins. Nous accueillons tous ceux qui le demandent. Je me souviens de ce jeune musulman, Ali, qui nous avait été confié, car sa communauté et sa famille l’avaient rejeté ; Nous l’avons suivi et visité durant trois ans et quelques jours avant sa mort, il me confiait : ’Frère Jacques, nous marchons ensemble vers la même lumière.’ Je suis sûr que mon frère Ali se trouve aujourd’hui dans la lumière éternelle du Seigneur.

Ces sentiments de douce compassion se déploient dans la présence avec patience, dans le partage avec une écoute attentive et prévenante unis inséparablement dans la force de la prière. La prière demeure le moteur essentiel de notre association SELF avec le groupe saint Martin de Porrès qui se réunit fidèlement et soutient ce projet. De nombreuses prières se trouvent dans le parcours du livre : prières de personnes malades ; un paragraphe entier est consacré afin de prier avec les psaumes en lien avec la maladie ; prières dans le temps de la mort et du deuil.

Que retenir d’essentiel ?

N’oublions jamais de ne pas enfermer les personnes malades dans leurs situations, fussent-elles passagères et ainsi les réduire au diagnostic de leur maladie.

L’espérance nous chuchote au-dedans de nous : ’Dieu t’aime, non pour ce que tu as fait, mais pour ce que tu es.’ ’Oui, j’en ai l’assurance, ni mort, ni vie, ni anges ni principautés, ni présent ni avenir, ni puissance, ni hauteur ni profondeur, ni autre créature ne pourront nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ Notre Seigneur (Rm 8, 38-39).

Valoriser la confiance soignants-soignés : cette confiance demeure à la base de tout l’édifice de notre système de santé. Elle repose depuis toujours sur l’esprit du serment d’Hippocrate, repris dans le code de déontologie des médecins qui dispose : « Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément. » Réfléchir et écrire à ce que je souhaite jusqu’aux derniers instants de sa vie, c’est aider mes proches et les médecins qui me soigneront à prendre les meilleures décisions en cohérence avec ma vision de l’existence et de la mort. En ce sens, les directives anticipées sont utiles et doivent être encouragées.

Quel lien avec cette marche de carême vers Pâques ? 

Ce carême nous conduit vers Pâques où nous célébrerons ensemble la résurrection du Christ. Oui, nous le savons, la mort n’est pas le dernier mot de Dieu. C’est pourquoi saint Paul peut dire ; « Si tes lèvres confessent et si ton cœur croit que Jésus est Seigneur et que Dieu l’a ressuscité ds morts, tu seras sauvé » (Rm 10, 9). Et encore : « Si le Christ n’est pas ressuscité, vaine est notre foi... Mais non, le Christ est ressuscité d’entre les morts, prémices de ceux qui se sont endormis » (1 Co 15, 17). On ne peut rien dire sur la résurrection si on ne voit pas que ce mystère de la résurrection s’accomplit dans le Ressuscité : Jésus, le Fils de Dieu. La résurrection ne reste pas une sorte de réalité générale, au sens où Marthe, dans l’Evangile selon saint Jean disait : « Je ressusciterai au dernier jour ». « Jésus lui dit : ’Je suis la résurrection, crois-tu cela ? » (Jn 11, 25).

Ainsi l’acte de foi passionné dans le fait que l’homme mourant dans le monde n’est pas le dernier mot de lui-même trouve dans le Christ sa véritable justification. C’était la confidence de mon ami Jacques, en 1992, deux ans avant sa mort : « La mort fait partie de notre vie. Elle reste naturelle et inévitable ; Elle s’inscrit sans notre nature humaine ; Je ne regrette rien, j’ai vécu pleinement et avec passion. Je crois que le seul Dieu qui existe, c’est l’amour. Ne n’oubliez pas et priez pour moi ». (Jacques, le combat de la Vie).


Quelques repères

Intentions de prière du pape François pour Mai 2017

JPEG - 9.2 ko

Chrétiens d’Afrique,
témoins de la paix :

« Pour les chrétiens d’Afrique afin qu’ils rendent un témoignage prophétique de réconciliation, de justice et de paix, en prenant pour modèle Jésus Miséricordieux. »


Paroisse Jean XXIII
des grands causses

Presbytère St Martin
15 Place Emma Calvé
12100 MILLAU
Tél. : 05 65 60 04 44
Mel. : paroisse.millau@wanadoo.fr
Plan

Permanences :
L’accueil est assuré
du lundi au vendredi
de 10h à 12h et de 15h30 à 18h30,
le samedi de 10h à 12h.

Horaire des messes : hiver

A partir de Toussaint
Samedi
St François 17h30
Creissels 18h00
2° samedi
du mois
Dimanche
Clarisses 9h00
St Georges 10h30
4° dimanche
du mois
St François 10h30
Mardi - Mercredi - Jeudi - Vendredi
St Martin 18h00
Messes et célébrations sur les sites de l’Hôpital
Pour plus de détails, voir le dernier
agenda paroissial

Horaire des messes : été

Samedi
Notre-Dame 18h
Creissels 18h30
2° samedi
du mois
Dimanche
Clarisses 9h
St Georges 10h30
4° dimanche
du mois
Sacré-Cœur 10h30
Mardi Mercredi Jeudi Vendredi :
St Martin 18h00
Messes et célébrations sur les sites de l’Hôpital
Pour plus de détails, voir le dernier
Agenda paroissial

Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur