« Va à Siloé et lave-toi.... »

Homélie du 4ème Dimanche de carême
mardi 28 mars 2017
par  P. Jean-Claude Lazuech

Imaginez-vous un instant à la place de cet aveugle de naissance.

Jésus est là devant vous, qui vient à votre rencontre.
Vous êtes stupéfait. Il touche vos yeux malades et soudain tout s’éclaire.
Fou de joie, vous partez annoncer la nouvelle.
Mais les biens pensants et les raisonneurs de tout poil, cherchent à vous faire taire.

Pour les bien pensants de l’époque, si une personne est frappée par un malheur, c’est le signe qu’elle a péché contre Dieu, (elle où ses proches).
D’où la question des disciples : « Est-ce lui qui a péché ou ses parents ? »

Jésus rejette cette manière de voir les choses qui voudrait lier : handicap et péché.
Pour lui, cet aveugle de naissance : c’est chacun de nous englué dans les ténèbres du mal.
Aujourd’hui, Jésus nous enseigne qu’il vient nous libérer des ténèbres de nos péchés pour nous illuminer de la lumière de Pâques.
C’est le miracle qui s’accomplit dans le sacrement du pardon et de la réconciliation.
Par l’absolution sacramentelle Dieu vient effacer nos péchés.

Remarquez que l’évangéliste St Jean a résumé le miracle en deux versets, alors que le récit qui est très long, en compte 41.

- Après la guérison, qui est une « illumination », un très long débat s’engage entre les adversaires de Jésus et l’ancien aveugle.
Ce débat va se transformer en une accusation violente, haineuse même, à l’encontre de Jésus.
Pour les pharisiens, celui qui a fait cette guérison ne peut pas venir de la part de Dieu, puisqu’il a transgressé la loi du sabbat.
Pris à parti, l’aveugle guéri sort peu à peu de sa réserve.
Au départ, il ne veut pas se mouiller devant les autorités, tout comme ses parents.
Puis peu à peu, les yeux de son cœur s’ouvrent lentement, jusqu’à dire que l’homme qui l’a guéri est un prophète qui vient de Dieu…
Nous le retrouvons à la fin du récit en face de Jésus qui, après lui avoir ouvert les yeux du corps, va lui ouvrir les yeux de la foi.
« Je suis le Fils de l’homme, moi qui te parle. Le crois-tu ? »

C’est alors la profession de foi de l’homme : une profession de foi simple, nette, forte. «  Oui Seigneur je le crois. »

A la fin de ce long récit, nous découvrons que les vrais pécheurs ne sont ni l’aveugle ni ses parents, mais les accusateurs pharisiens.

Mes amis, si l’évangéliste St Jean a pris le temps de raconter longuement, cette marche dans la foi avec toutes ses péripéties et ses tâtonnements, c’est dans un souci de formation catéchétique.

  • Au début de tout cheminement de foi, il y a d’abord l’illumination de la première découverte du Christ. Jésus change vraiment notre vie.
  • Puis vient le temps de la mise à l’épreuve, du combat spirituel.
    Nous savons bien que vivre en chrétien n’est pas un long fleuve tranquille. La foi n’enlève pas les croix, au contraire.
  • Mais nos croix acceptées et offertes n’empêchent pas de professer notre foi avec calme et détermination.

Mes frères, un chrétien qui n’est plus capable de rendre compte de la pertinence de sa foi dans un monde indifférent, est en danger de mort spirituelle.
Merveilleux aveugle. Il devient en quelque sorte, le prototype du baptisé mature.
Il ouvre peu à peu les yeux de son âme sur la personne de Jésus.
Il découvre le mystère de l’homme Dieu, qui est le cœur de la foi chrétienne, sans se laisser impressionner par ceux qui savent où croient savoir.
Aujourd’hui ceux qui cherchent à nous impressionner et à nous museler : ce sont tous ceux qui veulent reléguer le fait religieux chrétien aux oubliettes de l’histoire.

Mais contre le Dieu Vivant on ne peut rien !

Conclusion. Si la foi de l’aveugle est un « modèle » pour nous, prenons le risque de nous demander : ou en sommes-nous de notre foi ?
La foi authentique n’est pas un vague verni religieux, ni seulement un savoir.

Elle appelle une expérience intérieure forte de la personne de Jésus vivant.
Elle n’a rien à voir avec une petite religion que nous bidouillons à la sauce relativisme : avec un zeste de bouddhisme, mélangé avec un peu d’ésotérisme et de quelques principes franc maçons.
C’est la foi catholique vécue sans complexe dans toutes ses dimensions personnelles et sociales, en communauté d’Eglise dans la fraternité.

Aujourd’hui, Jésus Lumière nous a donné rendez-vous au cœur de toutes nos nuits intérieures, de nos doutes, peut être, de nos découragements, certainement.

Il dit à chacun : « N’ait pas peur je suis avec toi  » !

Demandons que ce carême 2017 soit pour chacun, chacune, celui d’une expérience d’illumination intérieure. Amen.


Homélie du 4ème dimanche de Carême

P. Jean-Claude LAZUECH.

le 26 mars 2017


Quelques repères

Intentions de prière du pape François pour Novembre 2017

JPEG

Témoigner de l’Évangile en Asie :

Pour les chrétiens d’Asie afin qu’en témoignant de l’Évangile par la parole et l’action, ils favorisent le dialogue, la paix et la compréhension réciproque, particulièrement avec les membres d’autres religions.


Paroisse Jean XXIII
des grands causses

Presbytère St Martin
15 Place Emma Calvé
12100 MILLAU
Tél. : 05 65 60 04 44
Mel. : paroisse.millau@wanadoo.fr
Plan

Permanences :
L’accueil est assuré
du lundi au vendredi
de 10h à 12h et de 15h30 à 18h30,
le samedi de 10h à 12h.
Permanences : été 2017

Horaire des messes : hiver

A partir de Toussaint
Samedi
St François 17h30
Creissels 18h00
2° samedi
du mois
Dimanche
Clarisses 9h00
St Georges 10h30
4° dimanche
du mois
St François 10h30
Mardi - Mercredi - Jeudi - Vendredi
St Martin 18h00
Messes et célébrations sur les sites de l’Hôpital
Pour plus de détails, voir le dernier
agenda paroissial

Horaire des messes : été

Samedi
Notre-Dame 18h
Creissels 18h30
2° samedi
du mois
Dimanche
Clarisses 9h
St Georges 10h30
4° dimanche
du mois
Sacré-Cœur 10h30
Mardi Mercredi Jeudi Vendredi :
St Martin 18h00
Messes et célébrations sur les sites de l’Hôpital
Pour plus de détails, voir le dernier
Agenda paroissial

Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur